Actualité

retour

 

La retraite, un moment de vie important, qu’il faut préparer et anticiper

Le départ en retraite fait partie des moments de vie les plus importants et il doit être préparé et anticipé dans les meilleures conditions possibles. Plusieurs informations importantes sont à connaître : âge légal de départ, droit à la retraite, estimation de la pension, possibilité de rachat de trimestre, les formalités de demande de départ en retraite…

Si certains partent en retraite à l’âge légal, d’autres choisissent de reporter le moment du départ pour continuer à travailler, et enfin certains optent même pour reprendre une activité professionnelle.

Dans tous les cas, 
il est indispensable de bénéficier d’une complémentaire santé, quelle que soit la situation personnelle, et de ne pas renoncer à une protection sociale même en cas de difficultés financières.

Les démarches pour bien préparer sa retraite

Tous les actifs paient des cotisations pour le régime de retraite de base mais aussi pour le régime complémentaire. La pension versée après le départ en retraite est la somme des droits ouverts auprès de ces deux régimes auprès desquels l’affiliation est obligatoire. Quelle que soit votre profession, les caisses de retraite sont vos interlocuteurs privilégiés.

Connaître l’âge légal de départ pour la retraite

L’âge légal de départ en retraite dépend de l’année de naissance du salarié. S’il n’est pas obligatoire de partir en retraite à cet âge-là, il est revanche théoriquement impossible de partir avant. Cela reste néanmoins envisageable dans certaines situations et sous certaines conditions.

Pour en savoir plus sur les conditions de départ avant l’âge légal de la retraite, consultez le site du ministère des Affaires Sociales.


Âge légal de départ en retraite – régime général

Année de naissance

Âge légal de départ en retraite

Avant le 01/07/1951

60 ans

Entre le 01/07/1951 et le 31/12/1951

60 ans et 4 mois

1952

60 ans et 9 mois

1953

61 ans et 2 mois

1954

61 ans et 7 mois

A compter du 01/01/1955

62 ans


Obtenir un relevé de carrière

Tous les 5 ans, à partir de l’âge de 35 ans, vous recevez un relevé de carrière individuel qui récapitule vos droits à la retraite de base et retraite complémentaire. Il est notamment indispensable de vérifier que toutes vos périodes d’activités ont été prises en compte. En cas de manques, contactez sans tarder votre caisse de retraite.

Si vous n’avez pas reçu ce document, vous pouvez demander à votre caisse de retraite de vous l’adresser ou en faire la demande en ligne.

Lorsque vous envisagez votre départ à la retraite, il est conseillé de disposer de ce relevé de carrière environ 18 mois à 2 ans avant la date prévue pour la cessation de l’activité professionnelle.


Estimer le montant de la retraite

A partir de 55 ans, et tous les 5 ans, une estimation de la pension de retraite est adressée à chaque actif afin d’informer sur le montant prévisionnel versé après la liquidation de la retraite.

Avant 55 ans, vous pouvez également demander une estimation de votre pension de retraite. Un simulateur en ligne est disponible et commun à l’ensemble des régimes : 
http://www.marel.fr/

Cette démarche permet notamment de pouvoir anticiper le niveau de vie qui sera le vôtre une fois en retraite et de prévoir la souscription d’une retraite sur-complémentaire. En effet, dans tous les cas, le cumul retraite de base – retraite complémentaire ne permet pas de percevoir un revenu aussi important que lorsque vous étiez en activité.


 Racheter des trimestres

Les retraites de base et complémentaire dépendent du nombre de trimestres cotisés pendant la période d’activité. Selon les cas, la retraite de base sera versée à taux plein ou réduit et la retraite complémentaire sera intégrale ou minorée (voir partie 2 – nombre trimestres nécessaires pour le taux plein).

En cas de nombre insuffisant de trimestres cotisés, il est possible dans certains cas d’en racheter. Cette démarche permet de valider des périodes qui n’ont pas donné lieu au paiement de cotisations retraite. Il s’agit par exemple de période de stages en entreprise, d’années d’études supérieures, d’années d’activité salariée à l’étranger.

Il est indispensable de contacter votre caisse de retraite pour pouvoir connaître les conditions exactes et le montant à prévoir pour le rachat de trimestres.

Demander le départ en retraite

Après avoir pris connaissance du nombre de trimestres cotisés, du montant prévisionnel de votre pension de retraite, et de l’âge légal du départ, vous pouvez envisager de prendre ou non votre retraite à cet âge.

Quel que soit votre choix, il est nécessaire de prévoir un délai avant la date envisagée pour le départ afin de :

  • Demander la liquidation de la pension de retraite de base (au moins 4 mois avant le départ)
  • Demander la liquidation de la pension de retraite complémentaire (environ 4 mois avant le départ)
  • Prévenir votre employeur selon les dispositions prévues dans votre contrat de travail ou votre convention collective (il est conseillé de le faire par lettre recommandée avec accusé de réception)

 

Travailler après la retraite

Prendre sa retraite dès l’âge légal est un choix personnel qui dépend de plusieurs facteurs : situation familiale, souhait de continuer à travailler, nombre de trimestres insuffisants, pension de retraite insuffisante…

En France, il est donc possible de travailler au-delà de l’âge légal mais également de cumuler emploi et retraite.

 

Travailler au-delà de l’âge légal de départ en retraite

Si vous avez le droit de partir en retraite à l’âge légal, cela ne signifie pas que vous pourrez bénéficier du taux plein de calcul de la pension de la retraite. Pour cela, il faut associer à l’âge légal, le nombre de trimestres devant être cotisés pour percevoir une pension maximale.

Année de naissance

Nombre de trimestre

Avant 1949

160

1949

161

1950

162

1951

163

1952

164

1953 et 1954

165

1955, 1956 et 1957

166

1958, 1959 et 1960

167

1961, 1962 et 1963

168

1964, 1965 et 1966

169

1967, 1968 et 1969

170

1970, 1971 et 1972

171

A partir de 1973

172

Dans les faits, le nombre de trimestres nécessaires rend la retraite difficilement envisageable avant 65 ans. Ainsi bon nombre de personnes vont travailler au-delà de 62 ans pour pouvoir s’assurer un niveau de retraite correct.

Il est même possible d’aller plus loin et de continuer à travailler après l’âge légal de départ à la retraite et au-delà du nombre de trimestres nécessaires pour une retraite à taux plein. Ce choix permet de bénéficier d’une surcote (majoration de la retraite de base) qui augmente le montant de la pension de retraite. Le taux de la surcote dépend de la date d’effet de la pension ainsi que de la date à laquelle les trimestres ont été accomplis. Ainsi, pour chaque trimestre de surcote cotisé à partir du 1er janvier 2009, un taux unique de 1,25 % par trimestre est appliqué, soit 5 % par an. Des taux différents sont appliqués pour les trimestres travaillés entre 2004 et 2008.

Cette liberté du choix de continuer à travailler peut être remise en cause au 70è anniversaire du salarié. A ce moment, il peut être mis d’autorité à la retraite par son employeur même s’il ne souhaitait pas quitter son activité professionnelle.

Le cumul emploi et retraite est possible. Trois grands cas de figure se présentent :

  • Le cumul de la retraite avec une activité relevant d’un autre régime de retraite (ex : vous étiez salarié, vous devenez auto entrepreneur). Dans ce cas, il n’y a aucune restriction au cumul des revenus issus de votre régime de retraite et de votre activité de travailleur non salarié.
  • Le cumul de la retraite avec une activité relevant d’un même régime d’affiliation (ex : vous étiez salarié dans une entreprise et vous reprenez une activité salariée). Il y a alors deux situations différentes :
  • Si vous avez liquidé tous vos droits à la retraite et que vous remplissez les conditions pour percevoir une pension à taux plein, le cumul des différents revenus est possible sans restriction,
  • Si vous ne répondez pas aux conditions nécessaires pour le bénéfice du taux plein, la reprise d’une activité est possible mais les revenus sont alors plafonnés. Ces plafonds dépendent du régime d’affiliation

Quel que soit votre choix et votre situation, ne négligez pas votre protection sociale.

Bien choisir sa complémentaire santé

Que vous preniez votre retraite à l’âge légal, ou plus tard, que vous décidiez de conserver une activité professionnelle ou non, votre protection sociale doit être adaptée.

 

Si vous êtes adhérent à titre individuel

Vos besoins en complémentaire santé évoluent en fonction de l’âge et des moments de vie. Votre contrat complémentaire santé doit donc tenir compte de vos besoins réels.

C’est pourquoi, il est indispensable de repenser sa couverture santé et de faire le choix d’un contrat spécialement adapté à ce moment de vie particulièrement important qu’est la retraite.

C’est pour cette raison que la mutuelle GSMC a créée
 Senior 100% Nous, la couverture santé qui assure une protection optimale aux personnes de plus de 50 ans.



Si vous bénéficiez d’une couverture collective en entreprise

Après votre départ en retraite, vous pouvez continuer à bénéficier des prestations de votre contrat complémentaire santé ou souscrire un contrat à titre individuel.

Dans tous les cas, vous devrez vous acquitter de l’intégralité de votre cotisation.

L’avantage du contrat individuel est de comporter des garanties beaucoup plus adaptées au moment de vie qu’est la retraite. En effet, dans un contrat collectif, votre profil santé n’est pas pris en compte. Les prestations proposées concernent tous les âges, toutes les situations. Quel que soit votre choix, vous restez adhérent de la mutuelle GSMC et vous continuez à bénéficier de l’ensemble des avantages proposées par la mutuelle à ses adhérents : tiers payant, remboursements rapides, assistance, réseau Carte Blanche, relation de proximité, conseiller santé dédié à la gestion de votre dossier…

 

Si vous avez des difficultés financières

Une fois à la retraite, les ressources diminuent. Même si vous rencontrez des difficultés financières, vous ne devez pas renoncer à financer une complémentaire santé.

L’Aide à la Complémentaire Santé (ACS), connue également sous le nom de chèque santé, permet aux familles et personnes seules dont les revenus sont modestes de bénéficier d’un coup de pouce pour le paiement des cotisations.

 

Et comme toujours, n’hésitez-pas à nous contacter si vous souhaitez réagir ou obtenir des précisions !

Veuillez patienter

Rafraîchir la page - Contactez-nous

Parrainez vos proches et bénéficiez de 30 euros de chèques cadeaux !

Parrainez jusqu'à 3 de vos proches et bénéficiez à chaque fois d'un chéquier cadeau de 30 € offert pour vous et votre filleul !

Votre mutuelle à votre écoute :

Contactez-nous par email
contact@mutuelle-gsmc.fr

03 21 12 25 50
Du lundi au vendredi
de 8h30 à 17h30

Héron parc
40 rue de la vague
CS 20455
59658 Villeneuve d'Ascq