Actualité

retour

 

Le sport sur ordonnance, un médicament d’avenir

Le saviez-vous ? Depuis la loi de modernisation du système de santé de janvier 2016, les médecins peuvent désormais prescrire à leurs patients en affection longue durée (ALD) des ordonnances de sport. Si cette prescription ne donne pas lieu pour le moment à une prise en charge par la Sécurité sociale, elle a permis de faire reconnaître le sport comme un médicament ayant toute sa place dans le traitement de nombreuses maladies.

Le sport sur ordonnance, c'est quoi ?

Tout le monde en a entendu parler : il faut bouger suffisamment. Nos modes de vie trop sédentaires sont à l’origine de nombreuses pathologies. C’est pourquoi l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) conseille pour les adultes au moins 25 min d’activité intense trois fois par semaine, ou encore 30 minutes d’activité modérée au moins 5 fois par semaine.  

Et pourtant, les français sont loin de les respecter: 70% des hommes et seulement 53% des femmes,  un chiffre en baisse de 10 points en dix ans.

La nouveauté avec le sport sur ordonnance, c’est que l’activité physique n’est plus seulement utilisée en prévention, mais bien comme traitement. Alors qu’on conseillait très souvent le repos avant, on sait désormais qu’il faut au contraire l’éviter dans un certain nombre de pathologies, contre lesquelles on essaye d’intégrer un parcours sportif adapté le plus tôt possible. Comme l’explique la vidéo ci-dessous, c’est un changement de mentalité profond, en l’espace d’un quart de siècle.

 

 

L’INSERM a ainsi publié jeudi 14 février un ensemble de recommandations très claires sur le sujet, après avoir analysé de nombreuses études. Face au cancer par exemple, une pratique sportive pendant le traitement permet non seulement de lutter contre la douleur, mais aussi de diminuer le risque de récidive et d’améliorer les effets du traitement, sans parler de son aspect socialisant.

Pour d’autres pathologies, comme l’obésité, les artérites des membres inférieurs (artères bouchées partiellement ou totalement) ou encore le diabète de type 2 et la dépression légère à modérée, l’Institut va même plus loin, en préconisant que l’activité physique soit prescrite avant tout médicament, en première intention.

https://presse.inserm.fr/wp-content/uploads/2019/02/Version-courte-VF.jpg

Source : INSERM

Le sport sur ordonnance : c'est pour qui ?

A l’heure actuelle, seuls les patients en ALD peuvent se voir prescrire des ordonnances de sport. Cela fait tout de même 10 millions de français. Et si l’on se rappelle qu’un français sur quatre est touché par une maladie chronique (et même 3 sur 4 après 65 ans), autant dire que le sport santé concerne beaucoup de monde.

Les affections longue durée (ALD)

Ce sont des pathologies dont la gravité et/ou le caractère chronique nécessitent un traitement prolongé et une thérapeutique particulièrement coûteuse. Elles figurent dans une liste, initialement de trente affections, aujourd’hui étendue à d’autres pathologies. La liste complète en est disponible ici.

Elles donnent lieu à une prise en charge intégrale par la Sécurité sociale, et représentent une part prépondérante de ses dépenses.

Et ça se passe comment ?

Après la publication de la loi, un décret entré en vigueur en 2017 a précisé les modalités concrètes du sport sur ordonnance.

  • Une prescription d’APA par votre médecin traitant

C’est lui et lui seul qui peut prescrire une ordonnance d’Activité Physique Adaptée (APA). Mais l’APA, c’est quoi ? Voici comment le décret la définit : « La pratique de mouvements corporels dans un contexte d’activité du quotidien, de loisir, de sport ou d’exercices programmés, basée sur les aptitudes et les motivations des personnes ayant des besoins spécifiques qui les empêchent de pratiquer dans des conditions ordinaires. »

L’APA, ce n’est pas du sport classique, mais pas non plus de la rééducation à proprement parler : elle est un peu entre les deux. Nous vous en dirons plus dans notre prochaine actualité !

  • La pratique de l’activité sportive: trois catégories de professionnels

A chaque problème correspond une catégorie de professionnels  pour l’encadrer:

  • Pour des limitations fonctionnelles sévères, l’APA sera mise en œuvre par des kinésithérapeutes, des ergothérapeutes et/ou des psychomotriciens ;
  • Pour ceux ayant une autonomie suffisante et seulement une altération fonctionnelle, l’APA peut être mise en œuvre par des enseignants en activités physiques adaptées, après un bilan établi par l’un des professionnels cidessus ;
  • Et pour ceux ne présentant pas d’altération fonctionnelle, il pourra être confié à un éducateur sportif ou une autre personne qualifiée

Le logo du sport-santé

  • Et côté finances ?

Pour le moment, aucune prise en charge financière par l’Assurance maladie n’est prévue. Selon le contrat que vous avez souscrit, votre mutuelle GSMC propose quant à elle des forfaits couvrant tout ou partie des dépenses de kinésithérapie, d’ergothérapie et de psychomotricien. Le remboursement des licences sportives pour les personnes concernées étant une mesure du programme de campagne de l’actuel président de la République, il n’est pas impossible que la prochaine « Stratégie nationale sport-santé », qui sera dévoilée cette année, le prévoit.

Enfin, certaines collectivités locales n’ont pas attendu la loi de 2016 pour mettre en place des mesures innovantes à destination de leur population. C’est notamment le cas de la ville de Strasbourg avec son programme sport santé sur ordonnance initié en 2012 : aucune participation financière n'est demandée la première année, et la tarification reste modérée les années suivantes (20 €, 50€ ou 100€ en fonction du coefficient familial). Sous son égide, un réseau des villes sport-santé s’est depuis mis en place.

Vous êtes convaincus ? N’hésitez-pas à en parler dès à présent avec votre médecin traitant !

***

Pour en savoir plus :

Le dossier de presse des recommandations de l’INSERM publiées le 14 février dernier est disponible ici. Et pour les plus intéressés, le détail des préconisations est là (150 pages).

Si vous êtes un professionnel de santé, ou simplement intéressé par le sujet, la Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un ensemble de recommandations sur la prescription de sport, avec notamment un guide pratique d’aide à la décision, disponible ici.

Et comme toujours, n’hésitez-pas à nous contacter !

  • Par téléphone au 03 20 47 62 00 - du lundi au vendredi  entre  8h30 à 17h30
  • Par courriel : contact@mutuelle-gsmc.fr
  • Ou encore en nous écrivant à : Mutuelle GSMC - Héron parc - 40 rue de la vague - CS 20455 -59658 Villeneuve d'Ascq.

Et comme toujours, n’hésitez-pas à nous contacter si vous souhaitez réagir ou obtenir des précisions !

Veuillez patienter

Rafraîchir la page - Contactez-nous

Parrainez vos proches et bénéficiez de 30 euros de chèques cadeaux !

Parrainez jusqu'à 3 de vos proches et bénéficiez à chaque fois d'un chéquier cadeau de 30 € offert pour vous et votre filleul !

Votre mutuelle à votre écoute :

Contactez-nous par email
contact@mutuelle-gsmc.fr

03 21 12 25 50
Du lundi au vendredi
de 8h30 à 17h30

Héron parc
40 rue de la vague
CS 20455
59658 Villeneuve d'Ascq