Informations COVID-19

Chers adhérents,

Nous sommes en mesure de vous accueillir en agences en respectant les règles de distanciation et les gestes barrières indispensables (utilisation de masques, mise en place de plexiglass, mise à disposition de gel hydroalcoolique).
Nos équipes restent mobilisées pour vous accompagner et répondre à vos demandes que vous pouvez également formuler par mail.

Pour toute demande liée à la gestion de votre contrat, contactez-nous :

> via votre espace adhérent

> en envoyant un e-mail à votre unité de gestion, ug55@mutuelle-gsmc.fr ou ug58@mutuelle-gsmc.fr (unité de gestion de rattachement voir sur votre carte de Tiers-Payant)

> par courrier :
GSMC UG55 ou UG58
TSA 51935
92894 NANTERRE CEDEX 9

> Pour toute autre question, nous sommes joignables par mail : particuliers@mutuellegsmc.fr ou au: 03 20 47 62 00

Comment nous contacter ?

Découvrez nos offres de mutuelle

Votre devis en 3 minutes !

Quelle est votre situation ? Étape 1/5

Saisie obligatoire.
< retour

Une mutuelle à but non lucratif

GSMC est une mutuelle à but non lucratif, sans actionnaires à rémunérer. Chaque adhérent a le même poids et chaque euro gagné est réinvesti ou mis en réserve au bénéfice de tous !

36 000
Adhérents Séniors

Un réseau de 220 000 partenaires

Bénéficiez du réseau GSMC, regroupant un très large réseau de professionnels de santé de tous les domaines.

En savoir plus

80 ans
Auprès de vous

170 000
Personnes Protégées

5 000
Entreprises Adhérentes

Le tiers payant : pas d’avance de frais

Vous n'avancez pas les frais liés à votre prestation... GSMC s'en charge pour vous !

En savoir plus

Nos Actualités

Arrêt maladie : ce qu'il faut savoir

Lorsque vous êtes malade, votre médecin traitant peut vous placer en arrêt maladie afin de justifier votre absence sur votre lieu de travail et vous permettre de toucher des indemnités. Comment cela fonctionne-t-il ? Quel salaire allez-vous toucher ? À quoi correspondent les jours de carence ? Qui vous verse vos indemnités ? La Mutuelle GSMC vous explique tout. Comment se déroule un arrêt maladie ? Lorsque votre médecin vous prescrit un arrêt de travail, certaines démarches sont à connaître. 48 heures pour prévenir l’Assurance Maladie et l’employeur L’arrêt de travail comporte 3 volets : les deux premiers sont destinés à la Caisse primaire d’Assurance Maladie, et le dernier à l’employeur (sans données médicales). Généralement, le médecin transmet directement les deux premiers volets à l’Assurance Maladie, il ne vous reste donc plus qu’à envoyer le dernier à votre employeur. Cet envoi doit être réalisé dans les 48 heures suivant la mise en arrêt. Dans le cas où le médecin vous donne les trois volets, c’est à vous de transmettre les deux premiers à votre CPAM. Ce processus est le même pour le secteur privé et la fonction publique, et reste obligatoire. Les indemnités En cas d’arrêt de travail, tout salaire ou allocation chômage est suspendu. Plusieurs types d’indemnisations les remplacent : Les indemnités journalières versées par la Sécurité sociale (IJ). Elles compensent la perte de salaire et sont égales à 50 % du « salaire journalier de base », pour une durée maximale de 360 jours. Le salaire journalier de base est calculé à partir de la moyenne des salaires bruts des 3 mois précédant l'arrêt de travail (et limité à 1,8 fois le Smic mensuel). Les indemnités complémentaires versées par l'employeur. On les appelle également « maintien de salaire ». Leur durée varie en fonction de l’ancienneté du collaborateur dans l’entreprise et de la convention collective. Habituellement, il faut au moins un an d’ancienneté pour en bénéficier. Quid des jours de carence ? Les jours de carence correspondent à la période durant laquelle vous ne percevez pas d’indemnités journalières (celles-ci débutent après 3 jours d’arrêt consécutifs) ou de maintien de salaire (après 7 jours d’arrêt consécutifs). Dans le secteur privé, la convention collective détermine ce délai, et de nombreuses entreprises prennent en charge ces jours de carence. Les règles d'indemnisation diffèrent toutefois entre le secteur privé et la fonction publique. Par ailleurs, les demandeurs d'emploi sont également indemnisés. À noter : en cette période de crise sanitaire et pour un arrêt de travail lié au Covid-19, les jours de carence peuvent être supprimés. Les règles à respecter Durant votre arrêt maladie, afin de pouvoir être indemnisé, vous devez respecter plusieurs obligations : vous conformer aux heures de sorties autorisées par votre médecin ou à l'interdiction de sortie ; suivre les prescriptions de votre médecin ; vous soumettre aux éventuels contrôles médicaux de la part de l’employeur ou de la CPAM ; n'exercer aucune activité, professionnelle ou non, sauf avec autorisation du médecin. > À lire aussi : Demande de reconnaissance d’une maladie professionnelle : comment faire ? Après l’arrêt maladie, que se passe-t-il ? En fonction de votre état de santé à l'issue de l’arrêt maladie initial, celui-ci peut être prolongé ou non. Prolongation de l’arrêt maladie Cette prolongation doit être prescrite par le médecin ayant ordonné l’arrêt initial, le médecin traitant, un remplaçant, un spécialiste ou un praticien hospitalier. Les règles d'envoi et les obligations sont les mêmes que pour le premier arrêt de travail. La durée maximale de l’arrêt maladie, prolongations comprises, ne peut dépasser les trois ans. Après cette période, vous relevez du régime de congé longue maladie (CLM). Reprendre le travail À la suite de votre arrêt de travail, vous devez reprendre votre activité professionnelle, et n’avez aucune démarche particulière à réaliser auprès de l'Assurance Maladie. Vous ne percevez plus vos indemnités journalières, mais votre salaire. Si vous êtes au chômage, vous réintégrez Pôle emploi et recevez à nouveau vos allocations. En lien avec votre médecin traitant, vous pouvez envisager différentes solutions de reprise d’activité, comme un mi-temps thérapeutique, un aménagement du poste de travail ou encore un reclassement. Comment se faire rembourser ses frais de santé durant son arrêt de travail ? En cas d’arrêt maladie indemnisé, la mutuelle d’entreprise fonctionne toujours. Néanmoins, pour un arrêt de travail non indemnisé, les cotisations sont suspendues (si vous avez moins d’un an d’ancienneté, par exemple). Le contrat de prévoyance peut alors prendre le relais. > À lire aussi : Comment souscrire une mutuelle santé ? La Mutuelle GSMC vous accompagne… Vous êtes actif salarié et vous souhaitez compléter les remboursements de votre mutuelle santé d’entreprise ? Pour bénéficier d’une protection santé optimale et adaptée à vos besoins, découvrez l’offre « Génération 100% Nous ».. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

Quels traitements et prise en charge en cas d'allergie ?

Près de 20 millions de Français souffrent d’allergies. Rhume, problèmes respiratoires, yeux qui piquent ou encore maux de gorge, l’allergie correspond à une réaction de l’organisme face à un allergène, habituellement inoffensif. Quelles en sont les causes ? Les symptômes ? Comment les traiter au mieux ? Focus sur ces pathologies avec la Mutuelle GSMC. Qu’est-ce que l’allergie et comment se manifeste-t-elle ? Les allergies sont en recrudescence depuis 30 ans. Elles touchent aujourd’hui près de 30 % de la population française. En voici les principaux symptômes. Causes et symptômes de la réaction allergique Dans l’allergie, plusieurs variables entrent en ligne de compte : le mode de vie ou la pollution nous rendraient par exemple plus sensibles aux allergènes. Cependant, c’est la prédisposition génétique, appelée « terrain atopique », qui joue un rôle prédominant dans les allergies. D’elle dépendrait la fabrication de l’anticorps IgE, qui réagit aux substances allergènes. Face à l’allergène, le système immunitaire se défend et le corps répond de façon isolée ou multiple. Les symptômes peuvent être : cutanés (eczéma, dermatite atopique, urticaire) ; respiratoires (rhinite, asthme) ; oculaires (conjonctivite) ; œdémateux (gonflement au niveau du visage ou de la gorge) ; généralisés (anaphylaxie ou choc anaphylactique, une réaction allergique grave dont la prise en charge médicale doit être immédiate). Les allergies les plus communes Type d’allergène Toute l’année De janvier à mai De mai à juillet De juillet à octobre Allergènes aériens intérieurs Acariens, poils d’animaux, moisissures, poussière       Allergènes aériens extérieurs (pollens)   Saison des arbres : cyprès, genévrier, thuya puis saule, peuplier, hêtre, châtaignier, chêne, noisetier, charme, bouleau, aulne, platane, frêne et l’olivier Saison des graminées : chiendent, dactyle, céréales + frêne et olivier Saison des herbacées : ambroisie, armoise, chénopode, plantain, urticacées Allergènes alimentaires Lait de vache, œufs de poule, arachide, poissons et fruits de mer, sésame, fruits à coque       Allergènes médicamenteux Antibiotiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens, curares       Venins Venin d'hyménoptère (abeilles, guêpes, frelons, bourdons) ou de serpent         > À lire aussi : Maladies du printemps : comment les éviter ? Comment se traite l’allergie ? Lorsqu’un ou plusieurs symptômes apparaissent, il convient de consulter son médecin traitant, qui redirigera vers un spécialiste : le médecin allergologue. Diagnostic et traitement de l’allergie L’allergologue effectue un examen clinique et des tests cutanés, nommés « prick-tests » ou « intradermo-réactions », afin de déterminer le ou les allergènes auxquels le patient est sensible. Une prise de sang peut compléter l’examen et mesurer la dose d’anticorps IgE présents dans l’organisme. L’allergie se traite par la prise d’antihistaminiques, de corticoïdes ou même d’homéopathie, sous forme de pilules, gouttes ou crèmes locales. Pour les allergies récurrentes ou invalidantes, l’éviction de l’allergène sera de mise (allergies alimentaires ou médicamenteuses, notamment). Pour les allergies multiples ou respiratoires (poils d’animaux ou pollens), la désensibilisation ou immunothérapie allergénique (ITA) peut être envisagée. Elle consiste à exposer progressivement l’organisme aux substances allergènes afin de stimuler le système immunitaire et le rendre plus résistant. La prise en charge de l’allergie par l’Assurance Maladie et la mutuelle En passant par son médecin traitant, le remboursement de la consultation chez l’allergologue se fait à hauteur de 70 % par la Sécurité sociale (pour un médecin de secteur 1 et sans dépassement d’honoraires). Néanmoins, sans parcours de soins coordonnés, ce remboursement passe à 30 %. Pour le reste à charge, la mutuelle prend le relai. Le remboursement du traitement varie selon les médicaments choisis : Corticoïdes et antihistaminiques : remboursés par l’Assurance Maladie et la complémentaire santé. Désensibilisation : prise en charge à 70 % par la Sécurité sociale. Le reste à charge peut être remboursé par la mutuelle en fonction des garanties souscrites. Traitement homéopathique : généralement acquitté par l’Assurance Maladie à 30 %. Certaines mutuelles proposent un forfait médecines douces. En cas d’allergie, il convient de souscrire une complémentaire santé adéquate, selon ses besoins : traitement de fond, prise ponctuelle de médicaments ou désensibilisation. > À lire aussi : Tout savoir sur le remboursement des médicaments La Mutuelle GSMC vous accompagne… Vous présentez des allergies ? Pour connaître vos garanties, consultez votre contrat de complémentaire santé. N’hésitez pas à ajuster les garanties souscrites pour bénéficier d’un remboursement optimal de vos médicaments. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

Maladies du printemps : comment les éviter ?

Le printemps s'installe doucement et avec lui, la hausse progressive des températures. Mais attention, comme le dit si bien l'adage, à ne pas se découvrir d'un fil, au risque de tomber malade. Quelles sont les principales maladies du printemps et comment les éviter ? La Mutuelle GSMC vous répond.    La fatigue chronique En hiver, votre corps a été mis à rude épreuve pour éviter les maladies. Quand arrive le printemps, il s'expose aux changements de température et est fragilisé. C’est cette fatigue qui facilite le développement des maladies. Pour retrouver la forme quand vient le printemps, il convient de faire une cure de vitamines et de gelée royale. Cela permet de nettoyer l'organisme en lui donnant quelques clés pour éviter les maladies. Demandez conseil à votre médecin pour savoir quelle cure faire en priorité. Le rhume Le rhume est une maladie virale et contagieuse qui se transmet dans l'air, mais aussi par la salive et les sécrétions nasales. Le rhume se traduit par des éternuements, une congestion ou un écoulement nasal. Au printemps, il n'est pas rare d'attraper un rhume, notamment à cause des changements de température brusques qui viennent fragiliser votre système immunitaire. Pour prévenir un rhume, pensez à vous couvrir suffisamment avant de sortir. Évitez également tout contact avec une personne déjà atteinte du rhume. Pensez à vous laver les mains régulièrement. Si vous avez malgré tout attrapé un rhume, vous pouvez en atténuer les symptômes à l'aide de comprimés décongestionnants ou grâce à des fumigations. La rhinite allergique Autre maladie souvent contractée au printemps, la rhinite allergique est une irritation des parois nasales causées par des allergènes comme le pollen. Avec les températures qui s'adoucissent, les végétaux fleurissent et rejettent du pollen. Résultat : les personnes sensibles à ces allergènes se retrouvent avec les yeux qui piquent, le nez qui gratte et des éternuements intempestifs. Pour prévenir cette maladie du printemps, il faut avoir recours à des médicaments antihistaminiques, pendant les périodes où la pollinisation est la plus forte. L'asthme L'asthme est une maladie inflammatoire des voies respiratoires qui peut être plus importante au printemps, en raison notamment de la pollinisation de l'air. Les crises d'asthme se traduisent par des épisodes de respiration difficile. Une toux sèche, un sifflement de la respiration et une sensation d'étouffement sont d'autres symptômes. Les traitements permettant de calmer les crises d'asthme sont à prendre avec un inhalateur. Il est également possible de prendre des comprimés. Pour éviter les crises d'asthme au printemps, il convient de limiter ses sorties, notamment en cas de pic de pollution ou de période de pollinisation importante. Pensez également à vous rincer les cheveux et le visage après une balade à l'extérieur. > À lire aussi : Quels sont les bienfaits de la luminothérapie contre la dépression saisonnière ? La gastro-entérite Grand classique parmi les maladies saisonnières, surtout en hiver, la gastro-entérite peut aussi être présente au printemps, notamment si elle est d'origine bactérienne. Fièvre, vomissements, diarrhées, maux de ventre : les symptômes de la gastro-entérite sont multiples et reconnaissables. Pour s’en débarrasser, il est essentiel de consulter un médecin. Pour éviter la gastro-entérite, il convient de suivre des règles d'hygiène simples (lavage des mains, ne pas manger d'aliments périmés, bien laver les fruits et légumes avant de les manger, etc.). L’angine Avec les températures qui changent, les journées ensoleillées mais encore fraîches, l’angine n'est jamais bien loin. Souvent virale, l’angine se reconnaît aux maux de gorge et la difficulté à déglutir. Elle s'accompagne aussi parfois de fièvre. Pour éviter d'attraper une angine au printemps, pensez à porter une écharpe, un foulard ou encore un gilet pour vous couvrir dès que les températures baissent. Évitez également les personnes déjà malades d’une angine. La grippe La grippe n'est pas réservée à l'hiver. Elle se retrouve aussi au printemps, là encore, à cause des variations de température qui peuvent être importantes en cette saison. Ces chocs thermiques rendent le corps particulièrement vulnérable aux attaques extérieures, comme la grippe. Cette maladie se reconnaît en général par ses symptômes, incluant une fièvre élevée, des frissons, une sensation de fatigue intense, des courbatures et même des écoulements nasaux. Pour éviter de contracter la grippe, il faut se laver les mains régulièrement et renforcer ses défenses immunitaires. À cet effet, il est recommandé de dormir suffisamment et de pratiquer une activité physique régulière. > À lire aussi : Comment se protéger contre la grippe : les gestes essentiels à connaître La Mutuelle GSMC vous accompagne… En choisissant la GSMC pour votre mutuelle santé, vous bénéficiez du réseau de soins Carte Blanche, vous permettant de mieux maîtriser vos dépenses de santé. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

Veuillez patienter

Rafraîchir la page - Contactez-nous

Parrainez vos proches et bénéficiez de 30 euros de bons cadeaux !

Parrainez jusqu'à 3 de vos proches et bénéficiez à chaque fois d'un bon cadeau de 30 € offert pour vous et votre filleul !

Votre mutuelle à votre écoute :

Contactez-nous par email
contact@mutuellegsmc.fr

03 20 47 62 00
Du lundi au vendredi
de 8h30 à 17h30

Héron parc
40 rue de la vague
CS 20455
59658 Villeneuve d'Ascq