Informations COVID-19

Chers adhérents,

Nous sommes en mesure de vous accueillir en agences en respectant les règles de distanciation et les gestes barrières indispensables (utilisation de masques, mise en place de plexiglass, mise à disposition de gel hydroalcoolique).
Nos équipes restent mobilisées pour vous accompagner et répondre à vos demandes que vous pouvez également formuler par mail.

Pour toute demande liée à la gestion de votre contrat, contactez-nous :

> via votre espace adhérent

> en envoyant un e-mail à votre unité de gestion, ug55@mutuelle-gsmc.fr ou ug58@mutuelle-gsmc.fr (unité de gestion de rattachement voir sur votre carte de Tiers-Payant)

> par courrier :
GSMC UG55 ou UG58
TSA 51935
92894 NANTERRE CEDEX 9

> Pour toute autre question, nous sommes joignables par mail : particuliers@mutuellegsmc.fr ou au: 03 20 47 62 00

Comment nous contacter ?

Découvrez nos offres de mutuelle

Votre devis en 3 minutes !

Quelle est votre situation ? Étape 1/5

Saisie obligatoire.
< retour
 
Offres des bonnes résolutions 2022

 

36 000
Adhérents Séniors

Un réseau de 220 000 partenaires

Bénéficiez du réseau GSMC, regroupant un très large réseau de professionnels de santé de tous les domaines.

En savoir plus

80 ans
Auprès de vous

175 000
Personnes Protégées

5 000
Entreprises Adhérentes

Le tiers payant : pas d’avance de frais

Vous n'avancez pas les frais liés à votre prestation... GSMC s'en charge pour vous !

En savoir plus

Nos Actualités

Perdre du poids durablement : tenir ses résolutions sans se mettre en danger

Vous avez besoin de perdre du poids pour retrouver votre vitalité ? Vous avez essayé de suivre le dernier régime à la mode et sans surprise, les kilos éliminés sont revenus ? Ne culpabilisez pas : ces méthodes sont intenables sur le long terme. De plus, elles entraînent des carences et s’avèrent parfois dangereuses. Découvrez tous les conseils à retenir pour perdre du poids durablement et tenir vos objectifs santé avec la Mutuelle GSMC. Perdre du poids : effectuer un bilan et déterminer ses objectifs Selon une enquête Ipsos, près de 60 % des Français qui ont déjà entrepris un régime n’ont pas été satisfaits du résultat. Pour éviter de tomber dans ce schéma frustrant, il est important de démarrer votre projet sur de bonnes bases. Commencez par oublier les diètes standardisées qui promettent 10 kg de moins en 3 mois à tous les profils. Privilégiez plutôt de définir des objectifs réalisables et adaptés à votre physiologie. Pour cela, avant d’entamer toute modification de votre alimentation, prenez rendez-vous avec votre médecin traitant, un nutritionniste ou un diététicien. Au cours de la consultation, vous allez aborder avec ce professionnel les raisons de votre démarche. Ensemble, vous allez cerner ses finalités : retrouver un poids de santé, gagner en tonicité, améliorer votre forme générale, etc. Il réalise un bilan complet (analyse sanguine, comportement alimentaire) et vous renvoie, au besoin, vers un spécialiste, comme un endocrinologue. En faisant cela, il cherche à détecter des pathologies passées inaperçues et qui peuvent être à l’origine de votre surpoids. En plus de conseils nutritionnels personnalisés, il vous amène à réfléchir à vos habitudes et aux causes de votre prise de poids. À lire aussi : Consultation chez un diététicien ou nutritionniste : quels avantages santé et remboursement ? Rééquilibrer son alimentation pour des résultats durables Pour éviter l’effet yo-yo, une modification du comportement alimentaire est préférable à un régime restrictif. Aucune denrée n’est interdite, mais vous allez devoir changer la façon dont vous vous nourrissez. L’objectif est de privilégier des aliments variés, colorés et sains en tenant compte des recommandations de votre praticien. Comme les habitudes sont généralement bien ancrées, commencez par des changements simples : posez votre fourchette entre chaque bouchée et prenez le temps de savourer ; ne vous sentez pas obligé de terminer votre assiette ; remplacez les grandes assiettes par de plus petites ; considérez votre prise alimentaire sur la journée globale pour compenser les variations des repas et vos envies ; ne supprimez pas les graisses, indispensables à votre santé. En revanche, diminuez votre consommation de charcuterie et de fromage ; évitez les produits transformés dont le principal ingrédient est le sucre. À lire aussi : 7 conseils pour manger sain et équilibré Pratiquer une activité sportive, excellente pour le corps et la tête Même si le sport n’entraîne pas une perte de poids à lui seul, il contribue à votre dynamisme. La pratique physique est indispensable pour votre organisme et votre esprit. Bien sûr, comme pour les habitudes alimentaires, pas de changement radical. Le but est de trouver une activité qui vous plait et qui vous donnera envie de la pratiquer. Tout dépend aussi de votre niveau de départ. Si vous êtes sportif, vous pouvez corser vos séances en augmentant leur nombre, leur durée ou en testant une nouvelle discipline. Si vous n’avez pas beaucoup bougé ces derniers temps, commencez par aller marcher, nager et même jardiner. Le principal est de vous oxygéner et de limiter les moments de sédentarité. De plus, quand vous êtes occupé à vous dépenser, vous évitez les grignotages et vous brûlez des calories. À lire aussi : Comment se mettre au sport quand on n’aime pas l’activité physique ? Perdre du poids durablement : savoir se faire plaisir sans culpabiliser La principale raison de l’échec des régimes draconiens réside dans la frustration qu’ils génèrent. Avoir l’impression de devoir se priver, résister à la tentation : et si vous éliminiez ces mots de votre vocabulaire ? Il ne faut pas voir cette perte de poids comme une énième tentative restrictive. Considérez-la plutôt comme un changement profond de votre relation à la nourriture et à votre corps. Surtout, mangez des aliments qui vous procurent du plaisir. Vous aimez le chocolat et les chips ? Conservez-les dans votre alimentation, mais consommez-les de manière moins systématique. Allez-y progressivement et célébrez vos réussites. Vous n’atteignez pas votre objectif aussi rapidement que souhaité ? Faites preuve de bienveillance et de compassion. Vous verrez que les résultats seront bientôt là. La Mutuelle GSMC vous accompagne… Le bien-être de nos adhérents est une de nos priorités. Nous sommes partenaires d’Oviva . Cette application vous propose un coaching nutritionnel personnalisé et vous aide à adopter des habitudes alimentaires plus saines. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

Formation aux gestes de premiers secours : comment faire ?

Chaque année en France, les accidents de la vie courante sont responsables de plus de 20 000 décès et de plusieurs centaines de milliers d’hospitalisations. Pourtant, seuls 20 % des Français sont formés aux gestes de premiers secours. Il existe plusieurs formations qui permettent d’acquérir les bons réflexes face à une personne victime d’une chute, d’une intoxication ou d’un malaise. Une bonne façon d’apprendre à protéger les autres, à se protéger soi-même et à donner l’alerte aux services de secours. Où se former aux premiers secours et quelle formation choisir ? La Mutuelle GSMC vous explique. Quelles sont les formations aux gestes de premiers secours ? Plusieurs formations aux gestes de premiers secours existent. La formation PSC1 La formation PSC1 pour « prévention et secours civiques de niveau 1 » remplace l’AFPS. Cette formation permet d’acquérir par équivalence le Brevet européen des premiers secours (BEPS). Grâce à cette formation, vous apprenez à réagir face à des situations de la vie quotidienne : malaises, étouffement, hémorragies, brûlures, perte de connaissance ou encore arrêt cardiaque. La formation PSC1 alterne entre connaissance théorique et apprentissage pratique afin de vous apprendre à réagir, en tant que citoyen, face à une personne en danger et à acquérir les réflexes qui peuvent parfois sauver la vie. La formation PSE1 La formation PSE1 pour « premier secours en équipe de niveau 1 » est davantage destinée à celles et ceux qui souhaitent devenir secouriste et réaliser des postes de secours. Le PSE1 est ainsi la première étape de formation pour intervenir en équipe et avec du matériel auprès de victimes. À lire aussi : Formez-vous aux gestes de premiers secours ! Quel est le contenu d’une formation aux premiers secours ? Qu’apprend-on lorsqu’on souhaite se former aux premiers secours ? La formation PSC1 La formation PSC1 aborde les thématiques suivantes : malaises et alertes ; plaies et protections ; traumatismes ; brûlures ; hémorragies ; obstructions des voies aériennes ; pertes de connaissance ; arrêts cardiaques ; alertes aux populations. À la fois théorique et pratique, le PSC1 vous apprend à réagir face à ces situations, en protégeant la victime, en vous protégeant et en donnant l’alerte. Vous apprenez ainsi à faire un massage cardiaque, à mettre une personne en PLS ou encore à arrêter une hémorragie. Cette formation d’une durée totale de 7 heures est accessible dès 10 ans. La formation PSE1 La formation PSE1 est plus conséquente et se déroule en 35 heures. Elle est accessible à partir de 16 ans. Lors de cette formation, vous apprenez à : évoluer dans le cadre juridique applicable à une action de secours ; assurer une protection immédiate, adaptée et permanente pour vous, pour la victime et pour les autres personnes ; faire un bilan et le transmettre aux services compétents ; réaliser les gestes de premiers secours (obstruction des voies aériennes, hémorragies externes, inconscience, arrêt cardiaque, défibrillation automatisée externe, noyade, traumatisme des os et articulations, détresses vitales, accidents de la peau) ; assister des équipiers secouristes de niveau PSE2 ; adapter votre comportement à l’état de la victime et à la situation. Une fois la formation validée et pour garantir le maintien des acquis, il est obligatoire de réaliser chaque année une formation continue, la FC PSE1. D’une durée de 6 heures, celle-ci est obligatoire. À lire aussi : L’aide médicale d’urgence Où se former aux premiers secours et combien ça coûte ? Vers quel organisme se tourner pour se former aux premiers secours et quel est le budget nécessaire ? Les associations agréées à la formation des gestes de premiers secours Vous pouvez vous former aux gestes qui sauvent en vous adressant aux sapeurs-pompiers, à la protection civile ou à la Croix-Rouge Française, mais pas seulement. Vous retrouverez sur le site de la prévention des risques majeurs du Gouvernement la liste de toutes les associations agréées de sécurité civile à la formation des gestes de premiers secours. Le saviez-vous ? La Mutuelle GSMC s’associe à la plateforme Stoporisk. Ce partenaire santé et sécurité au travail propose une formation en e-Learning aux premiers secours accessible 1 an. Et bonne nouvelle ! Pour les adhérents de la Mutuelle GSMC, l’abonnement est à 8 € au lieu de 48 €, soit plus de 80 % de réduction grâce à votre Mutuelle GSMC. Combien ça coûte ? Pour une formation PSC1, il faut compter entre 60 et 100 € environ selon la région. Sachez néanmoins qu’il est possible que votre mutuelle ou votre entreprise prenne intégralement en charge cette formation. Les collégiens et les lycéens peuvent également bénéficier gratuitement de cette formation proposée par l’Éducation Nationale. La Mutuelle GSMC vous accompagne… Avec une couverture santé adaptée à vos besoins, quel que soit votre âge ou votre régime alimentaire. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

Profiter de vos vacances et éviter le burn-out à votre retour

D'après une étude menée en 2018 auprès de plus de 1500 travailleurs, près d'un quart des participants ont déclaré avoir l'impression que le bien-être mental des vacances disparaissait dès leur retour au travail. 40 % ont déclaré que ce bien-être ne durait que quelques jours. Quelles que soient vos bonnes intentions, dès que votre travail et votre vie sociale reprennent leur rythme habituel, il est trop facile de retomber dans les mauvaises habitudes : déjeuner au bureau devant l'ordinateur ; parcourir les e-mails professionnels juste avant de se coucher, … Lorsqu’on souffre de burn-out, c’est parce que l'on donne plus que ce que l'on prend pour soi. Si cet équilibre est rompu, nos ressources psychologiques et physiques s'épuisent au fil du temps. Lorsque nous sommes en vacances, nous avons tendance à nous détendre et à faire des activités enrichissantes pour notre bien-être. Mais à peine revenus et rattrapés par la vie quotidienne, nous négligeons à nouveau ces activités. Quels sont les signes avant-coureur d’un burn-out ? Quelles peuvent-être les causes d'un burn-out ? Il est important de se rappeler que les causes du burn-out ne sont pas toujours liées à notre environnement professionnel mais peuvent trouver leur source dans d'autres situations.  Comment prévenir le burn-out au retour de vacances ? Si le burn-out a dévasté votre motivation et votre capacité de concentration, vos vacances ne seront qu'un baume temporaire. Bien qu'une pause dans le travail soit bénéfique à court terme, elle ne permettra jamais de s'attaquer aux problèmes sous-jacents. À votre retour de vacances, prenez donc le temps de réfléchir à ce que vous voulez pour la suite de l'année. Vous-êtes-vous senti vidé ? Si oui, que devez-vous changer ? Qui doit changer autour de vous, et qui devez-vous informer pour que ces changements soient effectifs ?" Classez ensuite ces réponses en trois catégories : Les choses qui peuvent être changées facilement Les éléments qui nécessitent des efforts conséquents pour changer Ce que nous voulons changer mais ne sommes pas en mesure de le faire pour le moment. En distinguant ce qui est réellement nécessaire, ce qui peut être délégué et ce qui est accessoire, vous reprendrez le contrôle. Déterminez ensuite ce qui doit se passer pour que ces plans deviennent réalité et établissez un calendrier pour définir le moment où ces changements seront effectifs. Établissez des frontières Cela peut aller de l'interdiction de "consulter ses e-mails au lit" à l'interdiction de "répondre aux appels professionnels après 18 heures”. Ces nouveaux paramètres doivent être précis. Si les objectifs sont trop vagues comme  “Apprendre à dire plus souvent non” ou "Ne plus accepter trop de travail supplémentaire", vous aurez très probablement du mal à les mettre en pratique. Ces limites ne fonctionnent que si elles sont claires pour vous, si les personnes qui vous entourent les connaissent et si vous faites tout votre possible pour que personne ne les transgresse. Parlez à votre entourage en leur expliquant que vous avez réfléchi pendant votre absence et que vous voulez travailler différemment maintenant. Entraînez-vous à vous détacher mentalement de votre journée de travail Plus facile à dire qu'à faire. Des études ont montré que les employés qui se détachent davantage du travail pendant leur temps libre sont plus satisfaits de leur vie et présentent moins de symptômes de tension psychologique (tout en restant motivés au travail). Donnez la priorité aux choses que vous aimez faire Peu importe à quel point vous êtes occupé, il est vraiment important de prendre le temps de faire les choses qui vous nourrissent et vous apportent un sentiment de bien-être". Planifiez des activités amusantes et enrichissantes, qu'il s'agisse de cours de fitness, d'une sortie au cinéma ou d'un dîner entre amis. Peu importe ce qui vous convient le mieux, du moment que vous vous y tenez et que vous prenez ce temps et cet espace pour vous. Rendez-vous prochainement avec notre nouveau partenaire qui prendra soin de votre bien-être psychologique.va     La Mutuelle GSMC vous accompagne… Nos conseillers sont à votre écoute : Par téléphone au 03 20 47 62 00 Par courriel à contact@mutuelle-gsmc.fr

Veuillez patienter

Rafraîchir la page - Contactez-nous

Parrainez vos proches et bénéficiez de 30 euros de bons cadeaux !

Parrainez jusqu'à 3 de vos proches et bénéficiez à chaque fois d'un bon cadeau de 30 € offert pour vous et votre filleul !

Votre mutuelle à votre écoute :

Contactez-nous par email
contact@mutuellegsmc.fr

03 20 47 62 00
Du lundi au vendredi
de 8h30 à 17h30

Héron parc
40 rue de la vague
CS 20455
59658 Villeneuve d'Ascq