Informations COVID-19

Chers adhérents,
Suite aux mesures gouvernementales de déconfinement, nous avons le plaisir de vous informer de la réouverture de nos agences.
Nous sommes en mesure de vous accueillir en respectant les règles de distanciation et les gestes barrières indispensables (utilisation de masques, mise en place de plexiglass, mise à disposition de gel hydroalcoolique).
Nos équipes restent mobilisées pour vous accompagner et répondre à vos demandes que vous pouvez également formuler par mail.

Pour toute demande liée à la gestion de votre contrat, contactez-nous :

> via votre espace adhérent

> l’envoi d’un e-mail à votre unité de gestion, ug55@mutuelle-gsmc.fr ou ug58@mutuelle-gsmc.fr (unité de gestion de rattachement voir sur votre carte de Tiers-Payant)

> Par courrier :
GSMC UG55 ou UG58
TSA 51935
92894 NANTERRE CEDEX 9

> Pour toute autre question, nous sommes joignables par mail : particuliers@mutuelle-gsmc.fr ou au « numéro CRC »

Comment nous contacter ?

Découvrez nos offres de mutuelle

Votre devis en 3 minutes !

Quelle est votre situation ? Étape 1/5

Saisie obligatoire.
< retour

Une mutuelle à but non lucratif

GSMC est une mutuelle à but non lucratif, sans actionnaires à rémunérer. Chaque adhérent a le même poids et chaque euro gagné est réinvesti ou mis en réserve au bénéfice de tous !

26 566
Adhérents Séniors

Un réseau de 180 000 partenaires

Bénéficiez du réseau GSMC, regroupant un très large réseau de professionnels de santé de tous les domaines.

En savoir plus

70 ans
Auprès de vous

211 853
Personnes Protégées

4 155
Entreprises Adhérentes

Le tiers payant pas d’avance de frais

Vous n'avancez pas les frais liés à votre prestation... GSMC s'en charge pour vous !

En savoir plus

Nos Actualités

Tout savoir sur la carte européenne d’assurance maladie

Vous préparez un voyage à l’étranger ? Si votre destination est située dans l’un des pays de l’Espace économique européen (EEE) ou en Suisse, vous devez penser à vous procurer une carte européenne d’assurance maladie (CEAM). Elle vous permet d’être pris en charge lorsque vous avez besoin de soins médicaux imprévus. Le point sur tout ce que vous devez savoir sur la carte européenne d’assurance maladie avec la Mutuelle GSMC. Pourquoi demander une carte européenne d’assurance maladie ? Lorsque vous partez à l’étranger dans un pays de l’Union européenne, en Islande, au Liechtenstein, en Norvège ou en Suisse, vous devez prévenir tout éventuel besoin de soins médicaux sur place. Pour cela, la carte européenne d’assurance maladie est indispensable. Elle atteste de vos droits à l’assurance maladie. Vous bénéficiez ainsi d’une prise en charge sur place de vos soins médicaux. Cette prise en charge est définie en fonction de la législation et des formalités en vigueur dans le pays où vous êtes en séjour. La CEAM est délivrée depuis le 1er juillet 2014. Une fois délivrée, elle est valable deux ans. Si toutefois vos droits à l’assurance maladie s’arrêtent pendant la durée de validité de votre carte européenne d’assurance maladie, cette dernière devient invalide. Comment demander une carte européenne d’assurance maladie ? Chaque personne qui fait partie du voyage doit être en possession de sa propre carte européenne d’assurance maladie. Les enfants de moins de 16 ans sont aussi concernés. Cette carte est nominative. Les démarches Il existe plusieurs solutions pour demander une carte européenne d’assurance maladie : en ligne via votre compte Ameli, rubrique « Mes démarches » ; via l’application Ameli pour smartphone et tablette. Sachez que la carte européenne d’assurance maladie est aussi utilisable en version dématérialisée depuis l’application ; depuis une borne multiservice mise à disposition dans un des points d’accueil de votre caisse d’assurance maladie ; par téléphone en composant le 36 46 (service 0,06 €/min + prix d’un appel). En cas de problème pour réaliser votre demande, vous pouvez vous rendre en point d’accueil afin d’être aidé par un conseiller. Quel délai pour une carte européenne d’assurance maladie ? ANTICIPEZ - Pour obtenir votre carte dans les temps, faites votre demande au moins entre 15 et 20 jours avant votre départ. Plus vous anticipez, plus vous mettez les chances de votre côté pour obtenir la carte avant votre départ. Si votre départ a lieu dans moins de 15 jours, votre caisse primaire d’assurance maladie vous fournira un certificat provisoire de remplacement. Ce document est valable trois mois et atteste de vos droits de la même manière que la CEAM. Comment procéder en cas de soins médicaux pendant votre séjour ? Même à l’étranger, vous pouvez avoir besoin de soins médicaux pour soigner un rhume par exemple. Vous devez présenter votre CEAM ou votre certificat pour attester de vos droits et bénéficier de votre prise en charge selon la législation et les formalités en vigueur du pays dans lequel vous voyagez. Deux solutions : vous n’avez pas à faire d’avance des frais médicaux ; vous devez payer les frais médicaux et faire les démarches pour être remboursé par l’organisme de sécurité sociale du lieu où vous résidez. En cas d’oubli de votre carte européenne d’assurance maladie ou si vous n’avez pas réalisé les démarches pour être remboursé après avoir fait l’avance des frais, vous pouvez être remboursé à votre retour en France. Vous devez avoir conservé toutes les factures réglées et les justificatifs de paiement. Tous ces documents doivent être transmis à votre caisse d’assurance maladie accompagnés du formulaire cerfa n°12267*04. Lorsque vous complétez ce formulaire, vous pouvez choisir d’être remboursé des frais conformément à la législation du pays de votre séjour ou à la législation française. La Mutuelle GSMC vous accompagne… Souscrire une offre de mutuelle permet de réduire les frais de santé restant à votre charge. Pour que vos remboursements soient en accord avec vos besoins, trouvez la formule qui vous correspond parmi nos offres. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

Quels sont les différents types de masques de protection contre les virus ?

Il existe plusieurs types de masques de protection sur le marché et il n’est pas toujours facile de faire la distinction. Masques chirurgicaux, masques en tissu, masques FFP : focus sur les différents types de masques de protection utilisés dans la lutte contre les virus, et leurs principales caractéristiques, avec la Mutuelle GSMC. Rappel : à quoi servent les masques de protection ? Le port des masques de protection est recommandé afin de limiter les risques de propagation du coronavirus et d’enrayer la pandémie. Mais ces dispositifs sont également utiles hors période de crise sanitaire : ils permettent en effet de se protéger soi-même des affections et virus ambiants (rhume, grippe…), tout en protégeant les autres. Selon les modèles, les masques permettent en effet de : limiter les flux d’air entre les individus ; bloquer la projection de gouttelettes, qui peuvent être inhalées par nos interlocuteurs ; limiter l’inhalation de nanoparticules. Il est recommandé de porter un masque lors de chaque sortie et lorsque l’on se rend dans un commerce. Pensez également à en porter lors de vos interactions avec des personnes fragiles (personnes âgées, enfants, personnes malades). En matière d’usage, on retiendra qu’un masque doit être changé dès lors qu’il est humide ou mouillé. Son efficacité est en effet compromise. Qui plus est, chaque modèle de masque a une durée d’utilisation limitée, il faut donc le renouveler régulièrement même s’il n’a pas été souillé. Les masques de protection chirurgicaux Les masques de protection chirurgicaux (type I, II, IIR) sont à l’origine destinés aux professionnels de santé, au personnel des établissements médico-sociaux (EHPAD par exemple) et aux personnes qui travaillent à domicile dans le secteur de l’aide à la personne. #maTable1 { width: 100%; border-collapse: collapse; } #maTable1 td, th { padding: 3px; border: 1px solid #000000; text-align:center; } #maTable1 th { color: black; border: 1px solid #000000; font-weight: bold; } Les caractéristiques Ils protègent principalement ●   L'entourage du porteur. Ils protègent contre ●   La projection de gouttelettes ; ●   L'inhalation des petites particules en suspension dans l'air. Durée d'utilisation maximale 4 heures. Au-delà, il faut en changer. Nombre d'utilisations maximum 1   Bon à savoir Ces masques doivent être jetés dans une poubelle dès que vous n’en avez plus l’usage. Si vous êtes à l’extérieur et que vous ne trouvez pas de poubelle, gardez votre masque jusqu’à pouvoir le jeter dans de bonnes conditions. Les masques de protection FFP1, FFP2 et FFP3 Les masques de protection de type FFP sont des appareils de protection respiratoire individuels. Ils sont dotés d’une valve qui filtre l’air respiré, et servent à protéger les porteurs de l’inhalation de nanoparticules émanant d’aérosols (liquides et solides). Ils ont été développés en priorité pour les professionnels de santé et les professionnels qui évoluent dans d’autres secteurs d’activité. Masques à plis, masques à coque ou encore masques bec de canard : ils se présentent sous différents formats. À l’heure actuelle, il s’agit des masques qui offrent le plus haut niveau de protection. Leur port est toutefois contraignant et ils sont rarement utilisés pendant de longues périodes. #maTable1 { width: 100%; border-collapse: collapse; } #maTable1 td, th { padding: 3px; border: 1px solid #000000; text-align:center; } #maTable1 th { color: black; border: 1px solid #000000; font-weight: bold; } Les caractéristiques Ils protègent principalement ●   Le porteur (personnel médical); ●   Les personnes à risque majeur. Ils protègent contre ●   L'inhalation de gouttelettes ; ●   Les particules en suspension dans l'air susceptibles de contenir des agents infectieux Durée d'utilisation maximale Entre 3 et 8 heures. Nombre d'utilisations maximum 1   > À lire aussi : Covid-19 : comment utiliser correctement son masque de protection ? Les masques de protection en tissu Les masques de protection en tissu (ou masques alternatifs, non sanitaires, grand public, réutilisables) sont généralement en coton. Ils sont destinés à un usage privé (loisirs, déplacements) ou aux professionnels amenés à recevoir du public. En matière de formes, il existe plusieurs variantes avec : des élastiques qui s’accrochent au niveau des oreilles ; des élastiques qui entourent la tête (un élastique relié à la partie supérieure du masque, un autre à la partie inférieure). Ils présentent une efficacité moins importante que les masques chirurgicaux et FFP, mais contribuent tout de même à réduire les émissions de gouttelettes ainsi que les flux d’air. #maTable1 { width: 100%; border-collapse: collapse; } #maTable1 td, th { padding: 3px; border: 1px solid #000000; text-align:center; } #maTable1 th { color: black; border: 1px solid #000000; font-weight: bold; } Les caractéristiques Ils protègent principalement ●   L'entourage. Ils protègent contre ●   Les gouttelettes. Durée d'utilisation maximale 4 heures. Nombre d'utilisations maximum Une vingtaine de fois en moyenne.   Afin de ne pas les abîmer prématurément, il est important de laver et de repasser ces masques de protection en tissu conformément aux recommandations du fabricant. La température de lavage de référence est généralement 60 °C (pendant 30 minutes). Les règles à respecter Les masques de protection contribuent à protéger nos interlocuteurs des émissions de gouttelettes et des flux d’air, mais leur port doit être complété par d’autres mesures de prévention. Il est important de : respecter les règles de distanciation physique ; se laver les mains régulièrement avec du savon. Si vous n’en avez pas à disposition ou que vous êtes en déplacement, utilisez du gel hydroalcoolique ; toucher son masque en ayant toujours les mains propres ; manipuler son masque en touchant uniquement les élastiques ; toucher son visage le moins possible. En cas d’interrogations concernant les masques de protection et leur utilisation, n’hésitez pas à vous adresser à votre pharmacien. Bon à savoir Bien que les sorties soient à nouveau autorisées, il est recommandé de limiter ses déplacements tant que le virus Covid-19 continue à sévir. La Mutuelle GSMC vous accompagne… Particuliers ou entreprises, la Mutuelle GSMC reste présente à vos côtés : nos conseillers sont disponibles par courriel ou par téléphone afin de répondre à vos questions concernant la mutuelle santé. Privilégiez également votre espace personnel en ligne pour toutes vos demandes, et nous mettrons tout en œuvre pour vous répondre au plus vite. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations.

Refuser l'adhésion à la mutuelle d'entreprise : dans quels cas est-ce possible ?

Depuis 2016, les entreprises du secteur privé sont tenues de proposer une mutuelle d’entreprise à leurs salariés. Elles doivent prendre en charge financièrement au moins 50 % de la couverture santé proposée. Les salariés paient quant à eux la part restante, ainsi que les éventuelles options supplémentaires souscrites. Dans certains cas, il est possible de refuser la complémentaire santé proposée par l’entreprise. Focus sur les différents cas de figure ouvrant le droit à un refus de la mutuelle santé d’entreprise avec la Mutuelle GSMC. Vous avez déjà une mutuelle santé Il est possible de demander à être dispensé de l’adhésion au régime de frais de santé de l’entreprise, lorsque l’on a déjà souscrit à un contrat de mutuelle à titre individuel. La demande de dispense doit être faite lors de l’embauche ou lorsque l’entreprise met en place la complémentaire santé pour ses salariés. Cette dispense a toutefois une limite dans le temps car elle prend fin à l’échéance du contrat individuel. Le salarié devra par la suite adhérer à la mutuelle de l’entreprise. Vous faites partie de l’entreprise au moment de la mise en place Un refus est possible, via une demande de dispense d’adhésion écrite, pour les salariés dès lors que : l’employeur a mis en place la mutuelle santé de manière unilatérale ; la mise en place implique une participation financière. Vous bénéficiez de la complémentaire santé solidaire (ex CMU) La complémentaire santé solidaire remplace la couverture maladie universelle. Il s’agit d’une mutuelle gratuite destinée aux personnes disposant de ressources financières limitées. Elle vise notamment à faciliter l’accès aux soins et permet de réduire les frais à la charge des bénéficiaires. Dans la mesure où elle est gratuite, la Complémentaire santé solidaire peut être plus intéressante et avantageuse pour les bénéficiaires que l’adhésion à la mutuelle d’entreprise. Vous avez un statut d’apprenti·e Il est possible de refuser une mutuelle d’entreprise pour un·e apprenti·e lorsque « l’acte juridique instituant le dispositif prévoit cette faculté ». Cette demande de dispense, écrite, peut être effectuée que l’on soit en CDD ou en CDI. Pour les profils dont la cotisation est inférieure à 10 % du salaire et qui ont un CDD d’un an ou plus, il faudra fournir des documents justifiant d’une couverture ailleurs. Vous avez un statut d’ayant droit au sein d’une autre mutuelle Les personnes disposant d’un statut d’ayant droit par le biais de leur conjoint·e ou de leur partenaire de PACS peuvent aussi refuser une mutuelle d’entreprise, au moment de l’embauche ou de la mise en place de la couverture. Les dispositifs qui les couvrent en tant qu’ayant droit peuvent être de diverses natures : un contrat dit « Madelin » ; un autre régime frais de santé collectif obligatoire ; le régime local d’Alsace-Moselle ; un régime complémentaire relevant de la CAMIEG (caisse d'assurance maladie des industries électriques et gazières) ; la mutuelle des agents de l’État ; la mutuelle des collectivités territoriale. Vous avez un CDD ou un contrat de missions Les salariés bénéficiant d’un CDD ont également le droit de refuser la complémentaire santé proposée par l’entreprise. Ce refus est possible dans des cas précis. CDD ou contrat de mission jusqu’à 3 mois Si vous bénéficiez d’une couverture obligatoire de 3 mois ou moins, vous êtes libre de refuser d’adhérer à la mutuelle de l’entreprise. Si vous n’en bénéficiez pas, vous pouvez demander une dispense si vous justifiez d’une complémentaire individuelle respectant les contrats responsables. CDD ou contrat de missions de 3 mois à 1 an L’acte juridique instituant le dispositif de prévoyance au sein de l’entreprise doit prévoir la possibilité de refus. Sans cela, la demande de dispense n’est pas envisageable. CDD ou contrat de missions d’un an ou plus Les conditions sont les mêmes que pour les titulaires d’un contrat de moins d’un an. La seule différence est que des justificatifs indiquant le rattachement à une complémentaire devront être fournis. Vous avez plusieurs employeurs et vous êtes couvert·e par l’un d’eux Les salariés travaillant au sein de plusieurs entreprises ne sont pas tenus d’avoir plusieurs complémentaires santé. Ils peuvent tout à fait choisir un contrat et refuser d’adhérer à une autre mutuelle d’entreprise. Ce choix s’avère pertinent dans la mesure où bénéficier de plusieurs complémentaires reviendrait à payer plusieurs cotisations (sauf dans les cas de prise en charge totale). La Mutuelle GSMC vous accompagne… La GSMC propose des offres de mutuelle santé individuelle. Mutuelle pour les particuliers de moins de 50 ans, offre pour les séniors, etc. : trouvez l’offre la plus adaptée à vos besoins et souscrivez en ligne. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

Veuillez patienter

Rafraîchir la page - Contactez-nous

Parrainez vos proches et bénéficiez de 30 euros de bons cadeaux !

Parrainez jusqu'à 3 de vos proches et bénéficiez à chaque fois d'un bon cadeau de 30 € offert pour vous et votre filleul !

Votre mutuelle à votre écoute :

Contactez-nous par email
contact@mutuelle-gsmc.fr

03 21 12 25 50
Du lundi au vendredi
de 8h30 à 17h30

Héron parc
40 rue de la vague
CS 20455
59658 Villeneuve d'Ascq