Informations COVID-19

Chers adhérents,

Nous sommes en mesure de vous accueillir en agences en respectant les règles de distanciation et les gestes barrières indispensables (utilisation de masques, mise en place de plexiglass, mise à disposition de gel hydroalcoolique).
Nos équipes restent mobilisées pour vous accompagner et répondre à vos demandes que vous pouvez également formuler par mail.

Pour toute demande liée à la gestion de votre contrat, contactez-nous :

> via votre espace adhérent

> en envoyant un e-mail à votre unité de gestion, ug55@mutuelle-gsmc.fr ou ug58@mutuelle-gsmc.fr (unité de gestion de rattachement voir sur votre carte de Tiers-Payant)

> par courrier :
GSMC UG55 ou UG58
TSA 51935
92894 NANTERRE CEDEX 9

> Pour toute autre question, nous sommes joignables par mail : particuliers@mutuellegsmc.fr ou au: 03 20 47 62 00

Comment nous contacter ?

Mutuelle santé pour actifs

Avec Génération 100% Nous,
profitez de multiples avantages :

Et profitez de :

Besoin d'aide ?

téléphone
03 20 47 62 00 Du lundi au vendredi de 08h30 à 17h30
Être rappelé

Nos Actualités

Tout savoir sur la carte Vitale

Pour une prise en charge optimale des dépenses de santé et un remboursement dans les cinq jours, tous les assurés sociaux possèdent une carte Vitale. Vous devez présenter cette fameuse carte verte et jaune aux professionnels de santé que vous consultez pour éviter, entre autres, l’envoi d’une feuille de soins. Fonctionnement, mise à jour, obtention, demande d’attestation, inscription d’un enfant : retrouvez tout ce que vous devez savoir sur la carte Vitale, avec la Mutuelle GSMC. 1. Comment fonctionne la carte Vitale ? La carte Vitale est un document personnel, gratuit, qui vous permet d’être remboursé plus facilement et rapidement de vos frais de santé. Sécurisée et confidentielle, cette carte, caractérisée par ses couleurs verte et jaune, fonctionne à travers toute la France. Au-delà des remboursements, elle vous permet de bénéficier du tiers payant chez le médecin ou en pharmacie, et de vous identifier auprès de l’Assurance Maladie. La première carte Vitale s’obtient automatiquement, dès l’âge de 16 ans ou dès l’obtention d’un numéro de sécurité sociale pour les personnes qui viennent d’arriver en France. Pour réaliser cette première demande, rendez-vous sur votre compte Ameli, dans la rubrique « Mes démarches », ou effectuez votre demande par courrier auprès de votre caisse primaire d’Assurance Maladie (CPAM). La carte Vitale avec photo – également appelée carte Vitale 2 – contient différentes informations : votre identité et celle de vos enfants de moins de 16 ans ; votre numéro de sécurité sociale ; votre organisme ou régime d’Assurance Maladie ; vos droits à la Complémentaire santé solidaire (CSS) ; vos droits à l'exonération du ticket modérateur. Cette fameuse carte de santé peut également contenir : le nom du médecin traitant s’il est déclaré ; la mutuelle santé ; l’accès aux soins au sein de l’Union Européenne ; le nom des personnes à prévenir en cas d’accident ; une mention stipulant que le possesseur de la carte a eu connaissance d’informations concernant le don d’organes. Lors de chaque rendez-vous médical, vous devez présenter votre carte Vitale . Le professionnel de santé l’insère dans un lecteur et envoie une feuille de soins électronique directement à votre CPAM. Inutile donc de remplir manuellement une feuille de soins et de l’envoyer par la Poste. Tout se fait numériquement : c’est ce qu’on appelle la télétransmission. Bon à savoir La carte Vitale permet de bénéficier de remboursements de l’Assurance Maladie. Toutefois, pour une meilleure prise en charge, il convient de présenter votre carte de tiers payant, fournie par votre mutuelle santé. Votre carte de tiers payant est aujourd’hui disponible en version dématérialisée sur votre espace adhérent GSMC . Impression, présentation aux professionnels de santé : cette carte dématérialisée vous facilitera la vie lors de vos rendez-vous médicaux. > À lire aussi : La télétransmission : comment ça marche ? 2. Comment mettre à jour sa carte Vitale ? La carte Vitale doit impérativement être mise à jour au moins une fois par an. Pour ne pas oublier, réalisez cette démarche à la même période, par exemple à une date clef, celle d’émission inscrite sur la carte, ou à une période marquante, comme la rentrée. De même, il est nécessaire de mettre à jour votre carte Vitale à chaque changement de situation. C’est primordial si vous souhaitez bénéficier d’un remboursement optimal : la carte contient toutes les informations nécessaires à la prise en charge de vos soins et de leurs frais. Ainsi, la mise à jour peut intervenir en cas de : déménagement ; grossesse ; changement de situation professionnelle ; affection de longue durée (ALD) ; droits à la Complémentaire santé solidaire (anciennement CMU-C et ACS). Pour mettre à jour votre carte Vitale, c’est très simple. Il vous suffit de vous rendre dans la plupart des pharmacies ou à l’accueil de l’Assurance Maladie, sur les bornes mises à votre disposition. Ces mises à jour ne vous prendront qu’une petite minute. Si toutefois vous n’êtes pas en mesure de vous déplacer, vous pouvez contacter votre CPAM : via la messagerie de votre compte Ameli ; par téléphone, au 36 46. Dans ce cas de figure, vous serez généralement invité à envoyer votre carte Vitale par courrier à votre CPAM qui procèdera à la mise à jour avant de vous la retourner par voie postale. > À lire aussi : Quand et comment mettre à jour sa carte Vitale ? 3. Comment obtenir une nouvelle carte Vitale ? La carte Vitale est un document précieux. C’est pourquoi, en cas de perte, il faut réagir rapidement. Rassurez-vous, cela peut arriver à tout le monde et les démarches restent relativement simples et rapides. Le premier réflexe à avoir est de déclarer la perte de votre carte Vitale. Pour ce faire, plusieurs possibilités s’offrent à vous : en ligne, sur votre compte Ameli : rendez-vous dans la rubrique « Mes démarches », puis « Déclarer la perte ou le vol de carte Vitale » et suivez les instructions ; par téléphone, au 36 46 ; par courrier : remplissez la « Déclaration sur l’honneur de perte/vol/dysfonctionnement de ma carte Vitale » puis envoyez-la à votre caisse primaire d’assurance maladie ; ou en vous rendant en personne à l’accueil de votre CPAM. Il est à noter que ces démarches sont les mêmes en cas de vol ou de dysfonctionnement de votre carte Vitale (carte cassée ou illisible, par exemple). Il n’est par ailleurs pas nécessaire de déclarer la perte ou le vol de votre carte Vitale à la police, comme vous pourriez le faire avec une carte bancaire. Une fois la perte déclarée, il faut réaliser une nouvelle demande de carte Vitale. Mais comment faire ? Là encore, les démarches sont simples et vous avez le choix entre plusieurs solutions. Vous pouvez effectuer votre demande de carte Vitale : en ligne, sur votre compte Ameli : rendez-vous dans la rubrique « Mes démarches » puis « Commander une carte Vitale » et suivez les instructions ; par courrier : après votre déclaration de perte, vous recevrez un formulaire « Ma nouvelle carte Vitale ». Remplissez-le, joignez une photo d’identité et une photocopie de votre carte d’identité, et renvoyez le tout à votre CPAM dans l’enveloppe préremplie fournie avec le formulaire. Pour la demande en ligne, vous recevrez votre nouvelle carte Vitale dans les quinze jours. Pour la demande postale, les délais de traitement sont un peu plus longs. Vous recevrez votre document dans les trois semaines. > À lire aussi : Perte de sa carte Vitale : que faire ? 4. Comment demander une attestation de carte Vitale ? Si la carte Vitale est importante, il existe certaines situations qui nécessiteront de présenter un autre document : l’attestation de carte Vitale. Ou, de son vrai nom, l’attestation de droits à l'Assurance Maladie. C’est par exemple le cas lors d’une embauche, pour inscrire son enfant à la crèche ou encore souscrire une complémentaire santé. Ce document vous a été envoyé avec votre Carte vitale 2, c’est-à-dire la version de la carte avec votre photo d’identité. Si vous avez égaré ce papier, pas de panique. Réaliser sa demande d’attestation de Carte vitale auprès de votre caisse primaire d’assurance maladie est une démarche relativement simple. Là encore, plusieurs possibilités s’offrent à vous pour effectuer cette demande : en ligne, sur votre compte Ameli : rendez-vous sur la rubrique « Mes démarches », puis cliquez sur « Télécharger » et « Attestation de droits », et suivez les indications ; par téléphone, au 36 46 ; par courrier, auprès de votre CPAM ; en personne, sur l’une des bornes d’accueil de votre CPAM. Mais tout le monde ne dépend pas du régime général. C’est notamment le cas des travailleurs non salariés (TNS). Les démarches pour recevoir une attestation de droits à l’Assurance Maladie ne sont, par conséquent, pas les mêmes. Les TNS dépendent, eux, de la Sécurité sociale des indépendants , anciennement le Régime social des indépendants (ou RSI). Vous trouverez toutes les informations concernant les démarches à effectuer sur le site de la Sécurité sociale des indépendants ou par téléphone, au 36 48. De même, les agriculteurs, éleveurs et autres ouvriers agricoles dépendent, eux aussi, d’un autre régime de sécurité sociale : la Mutualité sociale agricole. Pour obtenir une attestation de carte Vitale, la démarche reste cependant simple. Il vous suffit de vous rendre sur votre espace personnel, sur le site de la MSA, et de cliquer sur la rubrique « Mon espace privé ». > À lire aussi : Comment obtenir une attestation de carte Vitale ? 5. Inscrire son enfant sur sa carte Vitale : comment faire ? La carte Vitale permet de couvrir les dépenses de santé de son enfant, et ce dès sa naissance . Vous pouvez ainsi inscrire votre enfant sur votre carte Vitale en tant qu’ayant droit. Votre enfant pourra demander sa première carte dès ses 16 ans, mais il peut rester rattaché à votre carte jusqu’à sa majorité. Chaque ménage est libre de choisir le parent auquel l’enfant sera rattaché. Il est toutefois préférable, pour des questions de simplicité, de l’inscrire sur la carte Vitale du parent qui est le plus susceptible de l’emmener aux rendez-vous médicaux, ou bien de choisir le parent qui bénéficie de la meilleure mutuelle santé afin de profiter de remboursements optimaux. Notez enfin qu’il est possible d’inscrire l’enfant sur les deux cartes de ses parents. Cela peut s’avérer pratique, notamment en cas de divorce. Pour inscrire votre enfant sur votre carte Vitale, il vous suffit de remplir le formulaire Cerfa n°14445*02, « Demande de rattachement des enfants mineurs à l’un ou deux parents assurés ». Vous renverrez le premier volet du formulaire à votre caisse primaire d’assurance maladie, tout en joignant une copie du livret de famille, l'extrait d'acte de naissance de l'enfant ou une copie du document attestant que vous êtes le tuteur de l'enfant. Vous recevrez une réponse entre deux et quatre semaines après votre demande. > À lire aussi : Comment inscrire son enfant sur sa carte Vitale ? La Mutuelle GSMC vous accompagne… La Mutuelle GSMC vous accompagne dans l’accès aux soins. Grâce au tiers payant, vous n’avancez aucun frais auprès des professionnels de santé et ce, partout en France. N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations.

Ordonnance ou feuille de soins perdue : que faire ?

Égarer une ordonnance médicale ou une feuille de soins peut rapidement devenir problématique : vous ne pouvez pas avoir accès à vos médicaments ou aux remboursements de vos dépenses de santé. Si cela vous arrive, pas de panique, il existe des démarches simples pour régler cette situation. Que faire en cas de perte d’ordonnance ou de feuille de soins ? Découvrez les conseils de la Mutuelle GSMC. Qu’est-ce qu’une ordonnance ? La perte d’une ordonnance peut s’avérer problématique puisque ce document, remis par votre médecin ou par un professionnel de santé, vous permet d’acheter les médicaments prescrits, une paire de lunettes ou d’autres équipements. L’ordonnance doit impérativement comporter plusieurs informations : votre identité, en tant que patient ; l’identité, l’identifiant du Répertoire partagé des professionnels de santé (RPPS) et les coordonnées du professionnel de santé qui prescrit le traitement ; la posologie, la validité de l’ordonnance et la durée du traitement ; la date de prescription de l’ordonnance et la signature du prescripteur. L’ordonnance se divise en deux parties distinctes. La première, l’originale, doit être conservée par vos soins. La deuxième, le duplicata, est conservée et transmise à l’Assurance Maladie par le pharmacien, si vous bénéficiez du tiers-payant. Dans le cas contraire, ce sera à vous de l’envoyer. > A lire aussi : La durée de validité de vos ordonnances Que faire en cas de perte de votre ordonnance ? Si votre ordonnance est perdue, le premier réflexe à avoir est de contacter rapidement le médecin ou le professionnel de santé qui vous l’a prescrite. Il est possible que le prescripteur accepte de vous transmettre gratuitement un duplicata de l’ordonnance, sans vous faire repasser d’examen. Cela peut être le cas de votre médecin traitant, qui vous connaît et vous suit régulièrement. Il est cependant possible que le médecin vous demande de réaliser une nouvelle auscultation afin de vous remettre le duplicata de l’ordonnance égarée. Si vous avez déjà utilisé votre ordonnance dans une pharmacie, et que le document égaré est toujours en cours de validité, rendez-vous directement chez votre pharmacien. Les ordonnances sont conservées trois ans dans les pharmacies et, la plupart du temps, elles sont scannées. La simple présentation de votre carte d’identité ou de votre carte Vitale peut suffire pour récupérer votre traitement. Qu’est-ce qu’une feuille de soins ? La feuille de soins, transmise par le médecin, doit être transférée à la Caisse primaire d’Assurance Maladie (CPAM). Ce document témoigne en effet de votre consultation ou de la réalisation d’actes médicaux, et permet le déblocage de vos remboursements. De nos jours, cette feuille de soins est généralement dématérialisée et transmise à la CPAM par votre médecin via votre carte Vitale. Toutefois, si vous n’êtes pas en possession de cette fameuse carte au moment de la consultation, le professionnel de santé vous remettra une feuille de soins en version papier, que vous devrez envoyer à l’Assurance Maladie pour accéder au remboursement des soins. Vous avez deux ans, à partir de la date de la consultation, pour envoyer le document à la CPAM. La feuille de soins remise par le spécialiste de santé doit comporter certaines mentions : votre identité, en tant que patient, et votre numéro de sécurité sociale ; l’identité et l’identifiant du Répertoire partagé des professionnels de santé du prescripteur ; le montant des soins ; la date de prescription ; votre signature et celle du prescripteur. Que faire en cas de perte de votre feuille de soins ? Si vous avez perdu votre feuille de soins avant même de l’envoyer à la CPAM, vous devez contacter le professionnel de santé qui vous a remis ce document afin qu’il vous fournisse un duplicata. Comme pour l’ordonnance, le prescripteur peut vous fournir le duplicata à titre gratuit, ou vous demander de réaliser une nouvelle consultation ou un nouvel examen. Si vous constatez un long retard dans le remboursement de vos soins, il est possible que votre feuille de soins ait été égarée par la Poste, ou par la CPAM. Dans ce cas, plusieurs possibilités s’offrent à vous : contacter la CPAM par téléphone, au 3646, afin de vous assurer que le remboursement est bien en cours ; demander au professionnel de santé prescripteur de vous fournir une nouvelle feuille de soins portant la mention « Duplicata » ; contacter la CPAM, via la messagerie de votre espace personnel Ameli, afin de demander un formulaire d’envoi de duplicata de la CPAM. Une fois rempli, renvoyez le duplicata et le formulaire à l’Assurance Maladie. Vous devez réaliser ces démarches dans les trois mois qui suivent l’envoi de la feuille de soins. Mais attendez au minimum quinze jours avant de réaliser votre demande de duplicata. > À lire aussi : Quelle est la durée de conservation des documents de santé ? La Mutuelle GSMC vous accompagne… La Mutuelle GSMC est à vos côtés et vous offre une couverture santé optimale. Choisissez parmi les différents contrats d'assurance selon vos besoins. N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations.

Comment se protéger des virus de l’hiver ?

Grippe, gastro-entérite, bronchite… L’hiver, les maladies contagieuses se propagent plus rapidement. Pour éviter de tomber malade et protéger ses proches et les personnes les plus sensibles, il convient d’adopter certains réflexes simples au quotidien. Lavage de mains, utilisation unique du mouchoir, port du masque : retrouvez les conseils pour bien se protéger des virus de l’hiver, avec la Mutuelle GSMC. 1. Se laver les mains L’un des moyens les plus efficaces pour se protéger des virus de l’hiver est de se laver les mains plusieurs fois par jour à l’aide de savon (si possible liquide) et d’eau, pendant au moins 30 secondes. Cette méthode, particulièrement efficace, permet de limiter la transmission des virus. Mais encore faut-il se laver les mains correctement. Pour ce faire, suivez ces quelques étapes, dans l’ordre : frottez vos mains paume contre paume ; frottez le dos de vos mains ; nettoyez entre chaque doigt ; lavez le dessus de vos doigts ; lavez vos pouces ; lavez les extrémités des doigts et les ongles ; séchez-vous les mains à l’aide d’une serviette propre ou à l’air libre. Si vous n’avez pas accès à du savon ou de l’eau – si vous êtes en extérieur, par exemple – utilisez la même technique de lavage de mains avec du gel hydroalcoolique. > À lire aussi : Gel hydroalcoolique : quand et comment l'utiliser ? 2. Se couvrir le nez et la bouche en toussant Autre moyen simple de se protéger des virus de l’hiver : se couvrir le nez ou la bouche lorsque vous toussez ou éternuez. Utilisez un mouchoir, un morceau de tissu – une écharpe ou votre manche, par exemple – ou le pli du coude. Mais évitez de tousser dans vos mains : vous serez amené à propager d’éventuels microbes plus facilement, en serrant la main d’un proche ou en touchant un objet. Et si jamais vous n’avez pas pu faire autrement, lavez-vous les mains juste après. Selon le ministère des Solidarités et de la Santé, lors d’une toux ou d’un éternuement, des gouttelettes et microgouttelettes contenant des microbes, des sécrétions et autres saletés sont expulsées. Des microbes pouvant être projetés à 50 km/h et atteindre une personne située jusqu’à 6 mètres de vous ! > À lire aussi : Comment se protéger contre la grippe : les gestes essentiels à connaître 3. Utiliser un mouchoir à usage unique Pour se protéger des virus de l’hiver, il convient d’adopter quelques réflexes simples, comme celui d’utiliser un mouchoir neuf et à usage unique dès que vous vous mouchez. Mais pourquoi ? Pour comprendre l’intérêt de ce geste barrière, il faut se pencher sur le fonctionnement de la muqueuse recouvrant la fosse nasale. Celle-ci produit du mucus, qui filtre les microparticules présentes dans l’air et les empêche de pénétrer dans vos poumons. Lorsque vous êtes malade, la muqueuse gonfle et augmente la production de mucus afin d’évacuer les virus hors de votre corps. C’est ce que l’on appelle familièrement « avoir le nez qui coule ». Mais un virus peut survivre jusqu’à 12 heures, y compris dans un mouchoir. C’est le cas de la grippe, par exemple. C’est la raison pour laquelle il est préférable de jeter directement votre mouchoir après l’avoir utilisé. > À lire aussi : Gestes barrière : comment les apprendre aux enfants ? 4. Porter un masque Lorsque vous êtes malade, vous pouvez très aisément propager le virus en toussant ou en touchant quelqu’un. Pour limiter les risques et se protéger des virus l’hiver, il est recommandé de porter un masque chirurgical, vendu en pharmacie. Et tout particulièrement si vous allez être en contact avec une personne sensible comme un nourrisson, une personne âgée, ou encore une personne souffrant d’insuffisances respiratoires ou cardiaques. Pour une protection efficace, il convient de mettre en place le masque correctement. Commencez par vous laver les mains, puis : prenez le masque par la partie rigide, en la plaçant vers le haut ; mettez-le en place sur votre visage et attachez-le derrière vos oreilles, à l’aide des élastiques ou des lacets ; appuyez sur la partie rigide pour qu’elle se moule sur votre nez ; ajustez le bas du masque sous votre menton. Enfin, d’une manière plus générale, essayez de limiter au maximum les contacts directs avec vos proches, que ce soient des embrassades ou des accolades, ainsi que le partage d’effets personnels. > À lire aussi : Quels sont les différents types de masques de protection contre les virus ? La Mutuelle GSMC vous accompagne… Grâce à la couverture santé proposée par la Mutuelle GSMC, vous pouvez accéder au réseau de soins Carte Blanche et ses 220 000 professionnels de santé, pour profiter de tarifs avantageux. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

Modifier
mes besoins

cover logo

Quelle couverture souhaitez-vous
pour les types de soins suivants ?

Hospitalisation

Je n'ai pas de besoin particulier

Soins courants

Je consulte rarement mon médecin

Optique et dentaire

Je n'ai pas de besoin particulier en dehors d'un contrôle annuel

Médecines douces et prothèses

Je n'ai pas de besoin particulier

Voir mes garanties

Veuillez patienter

Rafraîchir la page - Contactez-nous

Parrainez vos proches et bénéficiez de 30 euros de bons cadeaux !

Parrainez jusqu'à 3 de vos proches et bénéficiez à chaque fois d'un bon cadeau de 30 € offert pour vous et votre filleul !

Votre mutuelle à votre écoute :

Contactez-nous par email
contact@mutuellegsmc.fr

03 20 47 62 00
Du lundi au vendredi
de 8h30 à 17h30

Héron parc
40 rue de la vague
CS 20455
59658 Villeneuve d'Ascq